• fr
  • en
  • nl

Trouver votre poids idéal, une question de santé

    27/07/2018


Devant le miroir, un petit bourrelet pincé entre les doigts, vous commencez enfin à prendre au sérieux les mauvais résultats de vos analyses de sang : cholestérol, tension… Rien ne va plus ! Il y a aussi ces chiffres qui connaissent une croissance continue sur la balance et ces pantalons qui rétrécissent mystérieusement ! Pas facile d’admettre qu’on est en surpoids et qu’aucune solution n’a jamais vraiment marché sur nous, malgré les calories surveillées à la loupe, les régimes suivis avec obstination et les remèdes de grand-mère donnés par les bonnes copines… Aujourd’hui vous n’en pouvez plus des privations. C’est là que l’Ayurveda va devenir une alternative efficace et pratique pour retrouver un poids idéal. Il y est question d’équilibre, de bien-être et de pleine conscience… Pour remettre le bonheur au menu !

Le poids idéal est en réalité l’état le plus naturel dans lequel vous pouvez vous trouver. Pour l’Ayurveda, c’est quand votre corps et votre esprit sont en harmonie et non pas quand vous réussissez à enfiler un petit pantalon taille 34! Selon cette médecine ancienne, nous créons notre corps tel qu’il est et nous devons en prendre soin chaque jour, le défendre et l’aimer. Malheureusement en France, sauf exceptions, nous n’avons pas grandi avec cette philosophie. En effet, l’Occident invite plutôt à s’observer avec un œil critique et à considérer l’entretien de la silhouette comme un travail, voire une corvée, difficile et contraignante. Autre différence notable et bonne nouvelle pour tous ceux qui veulent retrouver leur poids idéal : avec l’Ayurveda, on ne compte pas les calories, on ne se prive pas, on trouve de la satisfaction à manger sain et on apprend à trouver des plaisirs ailleurs que dans la nourriture. Que du bonheur en somme !

Parce que c’est une question d’esthétique et surtout de santé !

Quand nous sommes bébés, la vie est très simple : nous répondons à nos besoins primaires comme boire, manger, dormir et recevoir de l’amour. Et puis un jour le cortex s’en mêle et cette partie du cerveau fait apparaître la notion de choix. Cela peut être le début du grignotage voire des excès alimentaires qui sont généralement une réponse facile à une situation qui nous met mal à l’aise : ennui, stress, conflit, etc…
Pour notre organisme, la situation est ingérable : il ne peut pas à la fois assimiler de l’alcool, des graisses et des sucres et en même temps s’occuper de nos autres fonctions comme réguler le cœur, la bonne humeur ou la concentration. Il manifeste donc son déséquilibre en nous rendant ternes, grognons, stressés et malades !
En effet, à la longue, le surpoids peut avoir de lourdes conséquences sur notre corps. Il entraîne fatigue, sommeil et appétit perturbé, perte du tonus sexuel, hypertension, diabète, troubles articulaires, etc…
Il est alors temps de retrouver un poids idéal !

Retrouver son poids de forme

Malgré la tentation, ne commencez pas à suivre un régime subitement : cela représenterait un traumatisme pour votre organisme! Optez plutôt pour un autre rapport à la nourriture.
Voilà la base de l’Ayurveda… Une philosophie confirmée par une réalité: la plupart des régimes sont efficaces à court terme mais seuls 2% de ses adeptes conservent leur poids idéal au-delà de 2 ans. Pour tous les autres, c’est le retour au poids initial avec généralement quelques kilos supplémentaires en bonus.

Trouvez le déclencheur du grignotage

L’Ayurveda a pour objectif de reconnecter le corps et l’esprit. De visualiser à quel point ils interagissent. Pourquoi grignotez-vous du pain au restaurant en attendant que le serveur apporte le plat ? Avez-vous faim au point de ne pas pouvoir attendre ou est-ce simplement un automatisme ? Quand l’envie de gras ou de sucre vous prend, restez quelques secondes sur le seuil de la cuisine et demandez-vous pourquoi vous le faites. Avez-vous un vide à combler ? Cette interrogation est un premier pas vers la conscience. S’il s’agit de « vous remplir », demandez-vous pourquoi : ennui, stress, tristesse, fatigue… Identifier le déclencheur permet déjà de prendre de la distance avec l’automatisme.
J’en vois qui vont balayer ces solutions en disant que c’est plus facile à écrire qu’à faire. Et bien non. En quelques secondes, sur le seuil de votre cuisine, vous pouvez obtenir des réponses. Ecoutez vraiment votre corps. Il vous dira ce dont il a besoin. Soyez conscient de vos émotions, sans vous juger : êtes-vous triste, heureux, détendu ou stressé ?Faites de votre corps un ami que vous allez protéger.
Soyez conscient de votre choix et de ses conséquences, mais ne culpabilisez pas si vous craquez finalement. En avalant votre biscuit, prenez quand même le temps de vous demander pourquoi vous le faites et vous réussirez sans doute à l’éviter la prochaine fois ! Ce questionnement demande une vraie lucidité et ce n’est pas seulement le fait de perdre du poids qui doit vous y aider mais aussi et surtout l’envie d’être heureux.

Mangez en étant conscient de ce que vous faites

La vraie différence entre la perception occidentale et ayurvédique se joue sur ce terrain : cette volonté de vivre pleinement et avec plaisir la nourriture. Manger en étant conscient de ce que l’on met dans notre bouche est le premier pas vers le poids idéal.
Regardez votre assiette, les couleurs, la disposition des aliments, prenez le temps de visualiser le légume qui a poussé et de saliver devant votre repas. Puis mâchez doucement. Si vous faites partie de ceux qui disent « grossir juste en regardant une feuille de salade», notez pendant une semaine ce que vous mangez réellement ainsi que l’activité physique que vous pratiquez. Il y a de fortes chances pour que vous vous aperceviez que vous mangiez davantage et moins bien que ce que vous pensiez !

Au moment du repas :

● Consacrez-vous pleinement à ce que vous faites. C’est-à-dire sans répondre à des appels téléphoniques ou regarder la télévision.
● Manger est et doit rester un plaisir, une satisfaction. Mais seulement quand on mange normalement, sain et frais, sans excès.
● Evaluez, comprenez votre niveau de stress et trouvez-lui d’autres réponses que la nourriture.
● Prenez enfin conscience que manger seul ne justifie pas d’engloutir un sandwich sur le pouce… Au contraire, l’Ayurveda considère que ce temps doit être pleinement consacré à son repas et que seul, on peut en profiter pour vibrer et méditer. On retrouve ici la notion d‘indulgence et d’amour envers nous-même : apprécions le temps passé en tête-à-tête avec nous au lieu d’en faire un moment bâclé !
Enfin selon l’Ayurveda, à la fin d’un repas, notre estomac devrait être composé pour moitié de matière solide, pour un quart de matière liquide et laisser le dernier quart vide. Pensez-y !

Méfiez-vous de votre cerveau et choisissez le message

Nous connaissons tous cette confusion quand on s’empare d’une tablette de chocolat. Ce moment pendant lequel un grand nombre de messages contradictoires nous parviennent du cerveau : « tu vas grossir », « j’en ai besoin, je suis stressé», « c’est mauvais pour le cœur », « je l’ai bien mérité, j’ai beaucoup travaillé aujourd’hui » etc…
Si à ce moment-là, un message positif venait enrichir les signaux comme « j’ai eu une journée pénible, mais j’ai enfin quelques minutes pour moi, je vais en faire ce qui me plait » et que vous vous concentrez dessus au lieu d’écouter tous les autres, vous pourrez alors reposer la tablette de chocolat puis lire, peindre ou juste regarder le ciel par la fenêtre. Plus vous créerez et écouterez vos messages positifs, plus ils seront faciles à suivre.

Les pressions subies

Votre famille attend de vous que vous mangiez beaucoup et tout le temps. Quand on vous dit « on passe à table », alors même que vous n’avez déjà plus faim avec ce que vous avez grignoté à l’apéritif, vous salivez à l’idée des nombreux plats que vous allez dévorer.
Avant de vous assoir, demandez-vous pourquoi vous êtes prêt à vous « remplir » alors que vous savez que c’est inutile ? Que vous aurez sans doute une indigestion, peut-être des remontées acides et que vous devrez dégrafer un bouton de votre pantalon pour aller au bout de la journée ? Parce que socialement vous avez été habitué ainsi.
Dans d’autres pays et notamment en Inde, l’apéritif aurait constitué le déjeuner et plutôt que de partager un moment convivial autour d’un plat en sauce, vous auriez savouré une tasse de thé et peut-être un fruit frais. Vous auriez ainsi été mieux disposé pour écouter les autres… et vous-même ! Si vous ne mangez pas suffisamment ce qui a été préparé pour vous, vous vous sentirez coupable. Vous penserez peut-être que vous serez moins aimé, voire «radié» de la table familiale ? Il s’agit d’une croyance solidement ancrée. C’est sans doute le fruit de votre éducation.
L’Ayurveda invite à vous libérer de cette croyance, à vous reprogrammer, pour être libre de passer un bon moment en famille ou avec des amis, sans que votre estomac en soit la victime. Si vous parvenez à remettre vos besoins réels au coeur de vos repas, votre corps vous le fera sentir et vous vous sentirez plus apte au bonheur. Les repas seront alors une vraie fête !

Une question de transit

Aller à la selle est un acte sain et nécessaire qui justifie d’avoir toute votre attention. Avec un bon transit, facile et régulier, vous allez perdre du poids et vous sentir plus léger.
En Ayurveda, il existe un complexe pour régulariser vos selles, c’est le triphala. Cette association de trois baies a été élaborée par les médecins ayurvédiques pour libérer et nettoyer le côlon ! N’hésitez pas à l’utiliser en cures régulières.

Selon l’Ayurveda, une alimentation idéale suit trois thématiques :

● La pureté
Elle consiste à éviter les toxines pour privilégier les aliments naturels et idéalement bio. Evitez aussi les plats transformés et tout ce qui peut nuire à votre équilibre comme l’alcool ou les graisses.
● L’énergie
L’énergie est ce que vous puiserez à la fois dans le plaisir de manger et dans les nutriments que vous absorberez. Choisissez de faire de chaque repas un moment de joie. Est-ce que vous préférez par exemple des fraises croulant sous la chantilly, englouties en étant accoudé au mange-debout d’une boutique un peu triste, ou des fraises savoureuses ramassées dans un bois et dégustées sur l’instant? C’est cela l’énergie de l’aliment : le plaisir de le voir, de le toucher, de le sentir et de le goûter en s’en faisant une joie. Ainsi selon l’Ayurveda, les aliments énergétiques ne sont pas seulement ceux qui fournissent du «carburant» au corps pour pouvoir fonctionner, ce sont aussi ceux qui donnent de la bonne humeur.
● L’équilibre
L’équilibre est le fruit de vos envies, de vos besoins et de ce que vous proposez à votre corps. Trouvez ce dont votre organisme a besoin comme l’eau, le sommeil ou des fruits et légumes. Adaptez votre apport calorique à votre niveau d’activité et choisissez des aliments frais et variés. Ne consommez pas de légumes flétris qui ne font pas envie, évitez les préparations sans saveur et si vous n’avez plus que ça au réfrigérateur, utilisez des épices pour réveiller vos sens. N’oubliez en aucun cas que selon l’Ayurveda, vous devez éprouver du plaisir à vous nourrir !

Un moyen simple de combler ses repas

L’Ayurveda possède une manière infaillible d’avoir des repas variés en utilisant à chaque fois les 6 saveurs que cette science a identifiées : sucré, salé, acide, amer, piquant et astringent.
L’Occident creuse ici un fossé avec l’alimentation ayurvédique, puisqu’on a généralement tendance à ne privilégier que les trois saveurs retenues par l’agro-alimentaire comme étant les plus addictives : sucré, salé et acide. L’amer, l’astringent et le piquant étant nettement moins dégustés en France. 1- Le sucré
On y trouve les graines, les céréales, le pain, les pâtes, les huiles, les produits laitiers et les poissons. Le maïs, la patate douce ou l’igname enrichissent cette catégorie. Ces aliments sont selon l’Ayurveda les plus nourrissants. Ils sont riches en glucides, protéines et graisses. Attention, les aliments sucrés comme les barres chocolatées, soda ou même sucres raffinés n’ont pas leur place dans l’alimentation ayurvédique car ils ne sont pas naturels, donc ils ne sont pas indispensables à l’équilibre alimentaire.
2 - L’amer
Vous dégusterez des aliments amers avec les légumes tels que les salades, les blettes, les brocolis, céleris, aubergines, épinards ou choux. Ils ont un effet anti-âge important et préservent très bien le cœur.
3 - Le piquant
Les aromates et les épices sont généralement gorgés de piquant: piment, oignon, ail, moutarde, menthe poivrée, origan, thym… Cette saveur est stimulante pour l’organisme, c’est la petite dose de vitalité à chaque repas ! L’Ayurveda les considère également comme antibactériens.
4 - L’acide
Cette saveur réveille l’appétit et facilite la digestion. On la retrouve dans des aliments tels que les fruits frais, le vinaigre ou le fromage. Les fruits au goût acide sont en général riches en vitamines C qui permet de prévenir certains cancers ou maladies cardiovasculaires. L’acide doit être consommé par petites touches au cours des repas. L’alcool, qui entre également dans cette catégorie, doit être totalement évité dans une recherche de poids idéal, car il contient également beaucoup de sucre.
5 - Le salé
On déniche généralement le sel dans un grand nombre d’aliments comme la sauce soja, les algues et bien entendu le sel de table ! Cette saveur possède une action légèrement laxative et favorise la digestion mais il ne faut en aucun cas en abuser car l’excès de sel peut également contribuer à la rétention d’eau et provoquer des dommages cardiovasculaires.
6 - L’astringent
Cette saveur assez peu connue en Occident est très présente dans les pois (lentilles, soja…), dans les pommes acides, les artichauts, asperges, champignons, pamplemousses, pommes de terre… Elle régule la digestion et favorise la cicatrisation.

L’Ayurveda, c’est aussi une constitution doshique

Un dosha est une énergie vitale, un lien direct avec la nature. Il en existe trois dans l’Ayurveda et elles sont toutes présentes dans chacun de nous. Il y a Vata, Pitta et Kapha. Ces doshas englobent toutes nos caractéristiques et sont responsables de tous les processus physiologiques et psychologiques de notre corps. Quand l’un de ces doshas prend le pas sur les autres de manière trop importante, cela entraîne un déséquilibre de tout notre fonctionnement. L’alimentation ayurvédique va donc viser à rétablir l’équilibre par une nourriture spécifique à chacun des doshas.
Les personnes de type Vata devraient favoriser les saveurs douces, acides et salées. Les Pitta privilégieront les saveurs amères, douces et astringeantes et Kapha les saveurs piquantes, amères et astringentes.

Une bonne nuit de sommeil essentielle au poids de forme

Si vous mangez trop, vous dormirez mal, c’est déjà une bonne raison pour dîner un peu plus léger que d’habitude et si vous n’y arrivez pas, faites suivre votre repas d’une promenade en plein air.
Le manque de sommeil perturbe le cortisol qui affecte à son tour l’appétit. Un grand nombre de personnes en surpoids subissent le sommeil et n’en tirent que peu de bénéfices, ce qui incite ensuite à trop manger.
Ne vous couchez jamais insatisfait, que ce soit au niveau de l’alimentation ou de ce que vous avez fait dans la journée. Au contraire, repensez à vos actions positives et soyez-en fier. Qu’il s’agisse d’avoir pris un escalier plutôt que l’ascenseur, de ne pas vous être resservi deux fois des pâtes, d’avoir bouclé un dossier important ou consacré quelques minutes à appeler un ami. Ménagez un intervalle de deux heures entre la fin du dîner et le moment du coucher.
Comme pour l’alimentation, l’Ayurveda considère que la nuit est un moment précieux pour l’organisme. Il a une utilité, le repos et un résultat : l’équilibre psychologique. Ne le négligez surtout pas si vous souhaitez retrouver votre poids idéal !

« Retour
© Developed by CommerceLab