• fr
  • en
  • nl

Système immunitaire prenez soin de vous avec l’Ayurveda

    08/04/2019

Vous avez beau vous battre, vous êtes fatigué avec tout ce que cela entraîne: une irrésistible envie de rester sous la couette, un nez rougi par l’irritation des mouchoirs, une mauvaise humeur à peine contenue et les yeux qui piquent tellement ils ont envie de se refermer. Si vous reconnaissez un ou plusieurs de ces symptômes, inutile de lutter, votre organisme est à plat.
C’est vrai qu’en suivant les principes de l’Ayurveda, vous seriez passé au travers des mailles du filet, mais maintenant, comment faire pour remotiver vos défenses naturelles ? Suivez le guide…


Le système immunitaire


En ce moment-même, pendant que vous lisez cet article, vous êtes sans doute attaqué de toutes parts. Particules fines, poussière, tabac, stress ou virus… Ils attendent que votre organisme baisse sa garde pour vous mettre à plat. Or nous disposons tous d’un ensemble de protections, ce sont les défenses naturelles. Celles-ci sont des gardes positionnés stratégiquement dans notre corps. Elles sont chargées de trier le « soi » et le « non-soi », c’est-à-dire ce qui peut profiter à l’organisme et ce qui est dangereux pour lui.
Les défenses naturelles c’est la peau, les muqueuses, les anticorps, etc… Ensemble, ils repoussent les virus, les bactéries, les parasites, les poisons et tout ce qui pourrait nous nuire. Notre corps passe donc son temps à nous protéger grâce à ces défenses qui se regroupent aussi sous l’appellation de « système immunitaire ».


Différences Ayurveda/Occident


Pour la science occidentale, notre système immunitaire se décline en deux composantes : le système inné et l’acquis.
Le système immunitaire inné est inscrit dans nos gênes. Il constitue une barrière physique et chimique contre les agents infectieux. Ce système ne tient pas compte de l’agresseur mais constitue la première ligne de défense de notre organisme face à une infection. Le système immunitaire inné regroupe plusieurs types de mécanismes :
➢ Les barrières physiques, comme la peau et les muqueuses.
➢ La réaction inflammatoire.
➢ Les cellules qui réalisent la phagocytose, c’est-à-dire qu’elles ingèrent les particules étrangères pour bloquer leurs nuisances.

Le système immunitaire acquis quant à lui, fait intervenir des spécialistes : les lymphocytes. Les lymphocytes B sont chargés de produire les anticorps. Si vous êtes infectés, ce sont eux qui vont concevoir des solutions spécifiquement dirigées contre l’agresseur. Les lymphocytes T produits dans le thymus sont eux, capables de détruire directement les particules étrangères.

La médecine ayurvédique reconnait un troisième pan du système immunitaire : l’immunité instantanée. Elle dépend du moment, que ce soit la journée, l’année ou l’âge et prend donc en compte nos défenses naturelles au fil du temps. Cette méthode de soins considère par exemple que l’alimentation doit changer en hiver pour stimuler le système immunitaire et que telle ou telle discipline est plus adaptée à un âge qu’à un autre...

Selon l’Ayurveda, protéger son système immunitaire passe donc forcément par la préservation de ces trois systèmes. A l’aide des plantes, de l’alimentation, du sport, des choix de vie, etc…L’Ayurveda propose un ensemble de solutions adaptées à tous les doshas et c’est indispensable car chacun d’entre eux présente une tendance à certains maux.


Fragilités en fonction des doshas


Quand une maladie apparaît dans votre organisme, c’est qu’il y a un déséquilibre. Comme chaque dosha présente ses propres fragilités, en fonction de celui qui est dominant chez vous, vous devrez accorder une attention toute particulière à ces pathologies.

➢ Une personne de constitution VATA aura tendance à avoir une peau sèche et rugueuse. Elle sera nerveuse, stressée et peut-être insomniaque. Au niveau du corps, elle produira des gaz intestinaux et ballonnements, de la constipation, et sera plus sensible aux rhumatismes. Les maladies de la constitution vata trouvent leur origine dans le gros intestin.

➢ Une personne de constitution PITTA aura tendance aux inflammations, aux saignements ou hémorragies, à la sueur excessive, à la diarrhée, aux éruptions cutanées, à l’hyperacidité. Les maladies de la constitution pitta trouvent leur origine dans l’intestin.

➢ Une personne de constitution KAPHA aura tendance à la léthargie, aux troubles du système respiratoire (rhume, bronchite, asthme, angine), à l’obésité, à la rétention d’eau, aux nausées et vomissements. Les maladies de la constitution Kapha trouvent leur origine dans la poitrine (les poumons). Un excès de Kapha s’accumule en premier dans l’estomac en y produisant du mucus qui s’installe dans les poumons.


Digestion et transit, éléments essentiels


Gros intestin, intestin ou estomac, l’Ayurveda place la capacité du système immunitaire à nous protéger dans le système digestif.
Plus précisément, pour garder un système immunitaire solide et éviter ainsi les virus selon l’Ayurveda, le « carburant » dont tout le monde a besoin se trouve dans le feu digestif, ou Agni en sanskrit.


Agni, le feu digestif


Agni correspond à la capacité de notre organisme à pouvoir transformer les aliments en nutriments pour ensuite les métaboliser et les assimiler, afin de nourrir toutes nos cellules. Ce feu digestif entretient aussi l’énergie dont notre système immunitaire a besoin pour rester élevé. D’ailleurs un feu puissant peut détruire les micro-organismes nocifs et les toxines de la paroi de l’estomac ou de l’intestin tout en protégeant leur flore naturelle.
Pour savoir si en ce moment votre fragilité provient d’un trouble d’Agni, il suffit d’observer votre digestion. Votre feu digestif fonctionne parfaitement si :
☑ Votre digestion se passe bien, sans lourdeurs.
☑ Votre digestion n’induit ni gaz, ni ballonnements.
☑ Vous n’êtes pas constipé.
☑ Vos selles sont faciles et régulières.
☑ Votre haleine est neutre.

Si un seul de ces points n’est pas correct pour vous, alors il est temps de changer quelque chose dans votre alimentation sinon votre système immunitaire sera affaibli.
En effet, une fois que la nourriture passe de l’estomac dans les intestins, commence alors la digestion et l’assimilation des nutriments. Si votre nourriture est trop riche ou que vous consommez de l’alcool, élément inutile pour l’organisme, vous déséquilibrez l’ensemble de vos cellules. Vos défenses naturelles sont perturbées et vous devenez plus sensibles aux agressions extérieures.
Bien sûr un petit excès s’il est rapidement compensé par un rééquilibrage, n’est pas gênant, mais de mauvais choix sur le long terme perturbent vraiment votre fonctionnement et votre système immunitaire.
Gardez à l’esprit que votre intestin est votre deuxième cerveau. Il y a d’ailleurs des centaines d’années que l’Ayurveda le considère ainsi et quelques dizaines à peine que l’Occident l’a admis ! Cette avance de l’Ayurveda lui permet de proposer des solutions efficaces pour stimuler nos défenses naturelles.
Le psyllium, les graines de lin ou le triphala, un complexe de trois baies reconnu, permettront de stimuler un intestin un peu paresseux.


Recettes du quotidien


En cas de rhume, pour préserver votre feu digestif, l’Ayurveda recommande de fuir les aliments transformés. Bien entendu, à l’époque des premiers textes védiques, les boîtes de conserve et autres soupes lyophilisées n’existait pas, mais la médecine ayurvédique est en évolution constante et ses praticiens adaptent donc leurs recommandations !
Les fruits et légumes doivent être la base d’une alimentation saine et équilibrée en Ayurveda. Les épices viendront ajouter goût pour le plaisir de manger et vertus pour le bien-être. Malgré une alimentation parfaitement équilibrée, comme nous l’avons vu plus tôt, le système immunitaire peut présenter quelques faiblesses et se laisser contaminer.


Le rhume


Dès les premiers symptômes du rhume, prenez du jus de citron et de gingembre dans de l’eau chaude avec un peu de miel.


La gastro-entérite


Quand les tiraillements de la gastro-entérite sont insupportables et que vous alternez entre envies de vomir et diarrhées, l’Ayurveda propose un petit fruit d’une efficacité radicale: le bilva. En raison de sa richesse en tanins, alcaloïdes, coumarines, huiles essentielles et vitamines, il est utilisé depuis des siècles pour apaiser très rapidement les douleurs et toutes les manifestations de la gastro entérite.


La respiration, moteur du système immunitaire


Si la digestion puis le transit sont des sources de « carburant » pour le système immunitaire, la respiration elle, est son moteur !
En effet, chacun a pu observer que le rhume commence souvent à se faire remarquer par une respiration moins fluide, l’impression que le nez se bouche et que le mucus s’agglomère au fond de la gorge. En Ayurveda, c’est quand Prana est moins fluide…
Le Prana, force vitale, fortifie le système immunitaire. C’est une énergie cosmique qui s’appuie sur la respiration, une respiration ample et apaisée qui nourrit la conscience, le cerveau et l’épanouissement.
Prana est donc la source de la vie car sans respiration, impossible de vivre plus de quelques minutes! C’est pourquoi Prana est à la fois l’énergie physique, mentale, intellectuelle, sexuelle, spirituelle ou cosmique.
Le Prana entre par l’air que nous respirons dans un mouvement perpétuel de flux (l’oxygène qu’on inspire) et de reflux (le gaz carbonique que l’on expulse). Il est alors pur. Ensuite il va se transformer au fil des rencontres dans notre organisme, en fonction notamment de notre mode de vie, de notre état de santé, de nos activités ou de notre niveau de stress. Cette « transformation » de Prana risque de faire apparaître les symptômes du rhume...


Deux plantes pour stimuler Prana et l’immunité


Tulsi

Le tulsi


Grâce à une puissante action détoxicante, le tulsi, ou basilic sacré, est réputé pour dégager les voies respiratoires, permettant ainsi d’apaiser l’aérophagie ou les ballonnements, par exemple.
Riche en camphre, ce remarquable soutien des défenses naturelles influence en effet la liberté des voies respiratoires (bronches notamment), la santé de nos organes (reins, cœur, foie, vésicule, estomac, intestins) et de notre système nerveux. Enfin ses propriétés antioxydantes peuvent être à l’origine de son efficacité pour amoindrir les effets du stress sur l’organisme. Moins stressés, nous sommes mieux armés pour résister aux virus !


L’Andrographis


L’Andrographis, que l’on connait aussi sous le nom d’échinacée d’Inde, est une plante qui étonne toujours par son efficacité !
Il doit notamment sa réputation à son action rapide et positive sur le rhume et tous ses symptômes. Cette plante a un effet asséchant et anti-mucus (mucolytique) qui fait merveille sur le nez bouché ou coulant. Son action anti-bactérienne et anti-inflammatoire lui permet également d’éradiquer les maux de gorge. Avec autant d’atouts, l’Andrographis permet le plus souvent un rétablissement rapide quand le rhume est déclaré... Mais elle est aussi efficace en amont !
Prise en « cure » pendant une période de dix jours par mois sur trois mois d’hiver, par exemple, l’Andrographis vient soutenir, restaurer et renforcer les défenses naturelles de l’organisme, lui assurant ainsi une protection nettement accrue en période froide, de fatigue ou de surmenage. Ce sont ses substances actives, les andrographolides qui agissent sur l’organisme humain, mais pas seulement. Cette plante fait partie de celles dont toute la structure (ou totum) présente un intérêt.


En conclusion


Le but de l’Ayurveda est de prévenir la maladie qui se manifeste quand un organisme est déséquilibré. Anticiper grâce aux plantes et veiller au quotidien à nourrir son corps correctement sont les premières bases pour passer un hiver sans rhumes.
N’hésitez pas à utiliser les infusions qui, grâce à leurs vertus complexes et synergiques, agiront l’air de rien sur tout votre corps. Nourrissez-vous de fruits et légumes frais et saupoudrés d’épices pour bénéficier de leurs qualités « médicinales ».
Enfin faites appel aux plantes pour un traitement en douceur et en profondeur des petits maux ou des faiblesses du quotidien.


A SAVOIR


En biologie, l’immunité est un état équilibré, quand vous possédez les défenses biologiques adéquates pour combattre l’infection, la maladie, ou toute autre invasion biologique indésirable, en ayant dans le même temps une tolérance également adéquate pour éviter l’allergie et la maladie auto-immune.


LE GROS INTESTIN


Le gros intestin gouverne l’élimination des déchets. Ces derniers sont les parties non digérées des aliments que nous consommons. La membrane du gros intestin absorbe l’énergie et les nutriments formant les os et les tissus profonds de la moelle, les tissus nerveux et reproducteurs. Il absorbe aussi le prana ou la vitalité profonde de notre corps qui constitue la plus grosse réserve de forces et de défenses naturelles. Pour stimuler le gros intestin, rien de plus simple : les épices seront ses meilleures alliées. Ayez le réflexe gingembre, piment de Cayenne (avec modération pour les Pitta), poivre noir et tulsi.


Auteur : Laurence Gauthé

« Retour
© Developed by CommerceLab