• fr
  • en
  • nl

Protégez vos articulations avec l’Ayurveda

  ayurvana   07/03/2019

Alors que l’Occident a tendance à considérer le squelette comme une machine qui porte le reste du corps, qui se grippe parfois et qui s’use avec le temps, l’Ayurveda pense le squelette comme faisant pleinement partie de l’organisme. C’est pourquoi sa prise en charge passe aussi bien par l’alimentation, les massages ou les plantes. Rien d’ésotérique là-dedans, c’est même tout le contraire ! Par exemple, quand on prend trop de poids, forcément on pèse plus lourd sur nos genoux et si on passe tout notre temps à pianoter sur un clavier d’ordinateur, ce sont les doigts qui finissent par souffrir. En rectifiant le tir avec l’Ayurveda, on redresse les épaules, on prend soin de son squelette et de tout ce qu’il y a autour !

Le réveil sonne : vous ouvrez les yeux et hop, vous vous redressez pour sortir du lit. Mais les choses ne seront pas si faciles… Vous posez péniblement le pied au sol avec l’impression de « grincer » dans tout le corps, vos articulations sont douloureuses. Vous savez déjà que la journée risque d’être pénible. Il est sans doute temps de prendre soin de votre squelette !
L’Ayurveda a développé à la fois des techniques de soin et de prévention pour prendre soin de ses articulations dès le plus jeune âge car celles-ci finissent toujours par se faire remarquer...


A propos des articulations

Une articulation possède un système nerveux très élaboré et d’une grande finesse. Le mécanisme des mouvements est subtil. Lorsque vous marchez par exemple, les articulations des membres inférieurs et supérieurs, de la colonne vertébrale, du bassin et même des organes, entrent en action en même temps. C’est tout d’abord le cerveau qui impulse ce mouvement et puis vos articulations s’actionnent, en grande partie grâce aux cartilages qui les relient entre elles. Le moindre grain de sable ou gonflement dans la mécanique réveille les douleurs.
Présentes sur tout le squelette, les articulations peuvent être comparées à des charnières entre deux os voisins et séparés. Ces charnières sont indispensables pour pouvoir effectuer des mouvements et sont composées de nombreux éléments plus ou moins fragiles :
➢ Les extrémités des os bien sûr, par exemple l’humérus et le radius pour l’articulation du coude.
➢ Le cartilage articulaire : il s’agit d’une substance blanche et dure à base de collagène qui recouvre l’extrémité de chaque os de l’organisme et permet la souplesse des mouvements, c’est une sorte d’amortisseur. Contrairement à l’os, le cartilage n’est pas vascularisé et se renouvelle donc très lentement, essentiellement par le renouvellement de ses cellules (les chondrocytes) qui ne représentent que 10 % de son volume. Toutefois, il se dégrade très lentement.
➢ Les ligaments : ils sont indispensables pour maintenir les os ensemble, à la manière de sangles.
➢ La capsule articulaire : structure fibreuse et élastique enveloppant l’articulation.
➢ La membrane synoviale : fine couche de tissu cellulaire qui tapisse la face interne de la capsule articulaire et sécrète un liquide.
➢ Le liquide synovial ou synovie : sécrété par la membrane synoviale, il sert de lubrifiant à l’articulation, empêchant les frottements et nourrissant l’articulation. Quand il y a une production de synovie supérieure à ce qui peut être utilisé, vous pouvez alors voir un gonflement apparaître. C’est ce qu’on appelle « un épanchement de synovie ».
➢ Les tendons musculaires : ils viennent s’insérer tout autour de la zone articulaire. Les commandes nerveuses de mouvement vont être transmises par leur intermédiaire du muscle à l’articulation.


L’Ayurveda identifie deux types majeurs de désagréments articulaires

1 - Le premier type est associé à la mauvaise nutrition des articulations ou la faible densité osseuse et dans l’ensemble une faiblesse générale des articulations. Il faudra alors avoir le réflexe curcuma qui, ajouté à une infime quantité de poivre noir pour augmenter sa biodisponibilité, va agir sur les cellules en profondeur pour les protéger. Effet collatéral de cette association: elle a une action anti-inflammatoire qui va apaiser les douleurs.
2 - Le deuxième type est associé à une surcharge toxique dans les articulations et est le résultat d’une trop grande quantité de toxines dans le corps. Comme les amas (les déchets collants et toxiques provenant d’une digestion incomplète) s’accumulent dans les articulations, ceux-ci créent tout d’abord une raideur et une lourdeur qui peut mener a de sérieux problèmes d’articulations. C’est notamment l’arthrite.


L’arthrite selon l’Ayurveda

Si votre douleur existe même au repos, si elle s’accroît en fin de nuit, si vous souffrez le matin en vous levant (environ une demi-heure de « dérouillage matinal ») et que l’articulation est chaude, rouge, gonflée et douloureuse, vous souffrez alors d’arthrite. C’est le signe d’une inflammation.
Il en existe plusieurs types (arthrites infectieuses, tuberculeuses, virales, la goutte, etc...). L’arthrite est l’inflammation d’une ou de plusieurs (polyarthrite) articulations. Elle se manifeste principalement entre 35 et 55 ans, et chez la femme 4 fois plus souvent que chez l’homme.
Dans tous les cas, l’arthrite représente à long terme un risque important de destruction de l’os et du cartilage.
Selon l’Ayurveda, l’arthrite ou sandhigatavat en sanskrit est un trouble du dosha Vata. Elle touche les articulations au niveau de la main, du genou, de la hanche ou du pied et de la cheville. Au départ elle se manifeste généralement en douceur, par une petite gêne sur une ou plusieurs de ces attaches. Puis un gonflement peut apparaître. Si rien n’est fait, l’arthrite profitera entre autres déclencheurs, de tous les changements de météo pour apparaître, au risque de ne plus disparaître quand la pluie s’arrête.
Pour stimuler la digestion et favoriser l’élimination d’amas évoqué, l’Ayurveda recommande une association de trois épices : le trikatu. En effet, le gingembre qu’il contient élimine les gaz, le poivre noir régule la température du corps, voire l’échauffe légèrement pour mieux « brûler » les aliments et le poivre long aide à la digestion.


L’arthrose, autre mal récurrent

Si la douleur survient à l’effort, si elle se calme au repos et la nuit, et que vous vous levez sans trop de difficultés le matin (pas ou peu de « dérouillage matinal »), vous souffrez sans doute d’une arthrose.
Elle vient en tête de l’ensemble des rhumatismes, et correspond à l’usure mécanique des cartilages (processus dégénératif).
L’arthrose est une maladie fréquente surtout chez les personnes de plus de 50 ans. Elle peut être apaisée avec des gels articulaires ou de l’argile verte appliqués directement sur les articulations douloureuses. Par ailleurs l’harpagophytum ou le boswellia, deux végétaux riches en substances actives, se révèleront utiles pour soulager les douleurs.
La pratique d’un sport doux tel que la natation chauffera aussi les cartilages et les entretiendra au quotidien. Enfin une alimentation légère, riche en crudités, fruits et poissons mais pauvre en toxines est conseillée.


Les étapes d’une vie

Pourquoi les articulations finissent-elles toujours par nous faire mal ? C’est vrai que la question se pose.
A 20 ans, on peut généralement monter en haut d’une colline en courant, les chevilles se tordant sur le sol escarpé, les genoux sollicités à l’extrême et arrivé en haut, se laisser tomber sur le sol pour souffler en prenant appui sur ses poignets.
Et puis arrive la quarantaine, la colline est déjà moins facile à monter. On regarde où on met les pieds, on essaie de travailler sa respiration et sa posture dorsale et, arrivé en haut de la colline, on s’assoit en douceur, en répartissant la charge d’appui entre les bras et les jambes.
Enfin à partir de 60 ans, quand il n’y a pas de petit chemin sur le côté, on monte la colline doucement, idéalement avec des bâtons de marche, en prêtant attention à tous les signaux du corps et arrivé en haut, on cherche un petit monticule pour s’assoir car pas question de se laisser aller sur le sol au risque de ne pas pouvoir se redresser !
L’Ayurveda a compris depuis longtemps que l’attitude que l’on a à 20 ans impacte directement le bien-être à 60 ans. C’est pourquoi cette méthode de soin a développé une véritable connaissance et prise en charge du corps dès le plus jeune âge.


Le massage ayurvédique, soin et prévention

Si les premiers écrits sur le massage remontent à 3 000 avant Jésus Christ et viennent de la Chine. Ancienne, cette pratique serait apparue pour la première fois en Inde, il y a 6000 ans. Intégrée à l’Ayurveda, elle permet de réguler les doshas (ou énergies) dans le corps…
En Inde, dès la naissance d’un bébé, ses parents le massent chaque jour. Ce massage également appelé Shantala va stimuler son système immunitaire, l’aider à traverser les phases de croissance sans douleur et l’habituer à préserver son corps.
Le massage se pratique simplement et doit faire partie du rituel de soins quotidiens, au même titre qu’une toilette ou le brossage des dents.
Les personnes qui souffrent de douleurs articulaires ou qui travaillent toute la journée sur ordinateur apprécieront particulièrement un massage des doigts. Prenez chaque doigt dans votre autre main et servez-vous de votre pouce pour appuyer fermement dessus dans un premier temps et dessous ensuite.
Agréable effet collatéral du massage : le contact avec la peau, associé à la pression légère exercée sur le corps, stimule certaines hormones notamment l’ocytocine, sécrétée par l’hypophyse, qui est connue pour apporter la joie, la satisfaction et l’amour.


Le surpoids, facteur aggravant des problèmes articulaires

Alors que l’Ayurveda considère que la protection des articulations se fait tout au long de la vie et que l’Occident attend trop souvent d’en souffrir pour agir, il existe un point sur lequel les deux pratiques se rejoignent : le surpoids est un facteur aggravant.
L’Ayurveda préconise donc d’utiliser des plantes telles que le Coleus ou le Garcinia pour mincir et retrouver rapidement une certaine légèreté. La perte de poids passe également par un bon transit, fluide et efficace, que l’on retrouve notamment avec le Triphala, un complexe de trois baies.


En bref, solutions simples pour apaiser les douleurs articulaires


L’Ayurveda dispose donc de nombreux « outils » pour préserver ses articulations tout au long de la vie : commencez sans tarder à les utiliser !
Améliorer la digestion avec des épices pour produire moins d’amas.
➢ Et apaiser les douleurs en cuisinant avec les épices comme le cumin, la coriandre, le gingembre, asafetida, ail et fenouil est important. Et surtout saupoudrez autant que possible tous vos légumes de curcuma : c’est un anti-inflammatoire particulièrement efficace, surtout s’il est combiné avec une dose (même infime) de poivre.
➢ En prévention ou dès les premières douleurs articulaires, faire une cure de boswellia.
➢ Pratiquer un massage corporel avec une base d’huile de sésame ou de lin afin de réduire Vata et donc la douleur. Masser plus longuement sur les articulations endolories.
Consommer de la vitamine C qui contribue à réduire les douleurs du squelette. Elle se trouve en grande quantité dans l’Amalaki ou Amla.
➢ Les légumes et les soupes sont à déguster sans limites.
➢ Avoir une bonne hygiène de vie, sans tabac, ni alcool.
➢ Garder à l’esprit que « qui s’arrête rouille » et que l’activité physique est donc indispensable au bien-être articulaire.


L’aspect de vos articulations en fonction de votre dosha


Vata a une charpente légère, délicate. Ses hanches et épaules sont étroites. Ses articulations sont proéminentes, sèches et sa musculature est légère.
Pitta a une charpente moyenne, des articulations bien proportionnées et une musculature ferme.
Kapha a des épaules et des hanches larges. Ses articulations sont grosses, bien formées et lubrifiées. Sa musculature est solide.

« Retour
© Developed by CommerceLab