• fr
  • en
  • nl

Le bilva : un sacré soutien pour l’organisme

  ayurvana   07/02/2019

Selon une légende hindoue, le bilva est apparu sur terre d’une manière très poétique. En effet dans la tradition populaire, il est dit que Lakshmi, déesse de la fortune, de la richesse et de l’abondance en serait à l’origine. Cette divinité aurait eu pour habitude de déposer chaque jour en guise d’offrande, 1000 fleurs sur l’autel de Shiva (Dieu hindou, membre de la Trimūrti avec Brahmā et Vishnou). Or un jour, elle n’aurait pu en réunir que 9998. Pour remplacer les deux fleurs qui manquaient, elle aurait décidé de se couper les deux seins ! Shiva, ému par le sacrifice, lui serait apparu avant qu’elle se tranche le deuxième. Il aurait alors transformé le sein coupé en fruit de bilva qu'il aurait ensuite envoyé sur terre. Depuis, l’arbuste fleurit chaque année près des temples avant de laisser apparaître son fruit qui mettra un an à atteindre sa maturité.

Le bilva est donc un arbre vraiment spécial en Inde, d’autant plus qu’il est essentiel dans sa phytothérapie.

Le complice du ventre... Entre autres.


En raison de sa richesse en tanins, alcaloïdes, coumarines, huiles essentielles et vitamines, il est utilisé depuis des siècles en Ayurveda pour agir sur plusieurs fonctions et pathologies de l’organisme :
● Il apaise très rapidement les diarrhées, les flatulences et même les hémorroïdes.
● En cas de gastro-entérite, le bilva apaise les sensations de "tiraillements" dans l'intestin.
● Il aide à lutter contre l’anémie.
● Il réduirait l’ulcère gastrique grâce à ses composés phénoliques.
● Consommé en épice au cours des repas, c’est un excellent protecteur cardiaque et un régulateur des fonctions intestinales.
● Comme le bilva active le pancréas, il permet de stimuler la production d'insuline par l'organisme, aidant ainsi à contrôler le diabète.

Mais alors, comment l’Occident peut-il passer à côté ?


Sans doute parce que le bilva ne pousse pas sous nos latitudes. C’est un arbre originaire de l’Inde du Sud et du centre. Il est aussi présent dans le reste de l’Asie : Birmanie, Pakistan, Népal, Sri Lanka… Mais en Occident et en France notamment, on le connaît assez peu. Il fait partie de ces arbres fruitiers dont la saveur et les bienfaits sont restés limités à leur pays d’origine. Pourtant aujourd’hui, nous commençons à le voir apparaître sous forme d'épices, à cuisiner, ou de gélules, pour ses vertus médicinales.

Le végétal qui sert à tout !


En Inde, les usages du bilva sont nombreux. La pulpe du fruit est utilisée dans une boisson rafraîchissante appelée Sharbat (lait, sucre, jus de citron et bilva). Le fruit toujours, sert aussi à faire de la confiture, du sirop ou de la gelée. Les fleurs à l’arôme envoûtant, sont utilisées dans les parfums.

Selon l'Ayurveda, le bilva est excellent pour équilibrer les 3 doshas ! On ne lui connait donc aucune contre-indication, sauf pour les femmes enceintes qui doivent éviter de le consommer pendant la grossesse. Même s'il ne s'agit là que d'une mesure de précaution...

En cuisine le bilva possède une saveur unique. Pour donner des points de repère à nos palais assez peu habitués à ce fruit exotique, ses arômes oscillent entre le caramel et la cannelle. Il s'utilise donc généralement dans les desserts, pour parfumer sans avoir à sucrer ou dans les plats pour un mélange sucré-salé surprenant. Le fruit peut aussi être consommé frais ou après avoir été séché. Ses vertus sur les fonctions intestinales s'exerceront aussi si le bilva est consommé pendant les repas !

L'arbre Bilva


Le bilva, baël ou encore cognassier du Bengale (Aegle marmelos) est un arbre fruitier aromatique et épineux de taille moyenne de la famille des Rutacea. Avec un tronc de courte taille et assez fin, le bilva fait partie des arbustes à fleurs. Sa feuille est sucrée mais à la consommation, elle peut être légèrement irritante pour la gorge. Sa fleur qui apparaît d’avril à juillet est extrêmement odorante. Quand celle-ci commence à faner, le fruit du bilva fait son apparition. Il est riche en saveurs et constitue une excellente base pour les desserts indiens, les confitures ou les compotes. Chaque spécimen peut produire entre 150 et 200 fruits !

« Retour
© Developed by CommerceLab